Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #les plantes sauvages utiles........... tag

Chilidonium majus 'Floro pleno'

Publié le par Asterman

008.JPG

 

Dans la famille des plantes sauvages jaunes, lumineuses et ayant des vertues médicinales, je demande la Chélidoine........


Surnommée herbe aux verrues, la chélidoine est supposée avoir des vertus médicinales, en effet le suc qui se dégage de la tige aurait le pouvoir de soigner les verrues.

La plupart du temps elle arrive dans le jardin sans l'intervention de personne là ou on ne l'attend pas et en plus lorsque la fleur est double (comme ici) cela devient fort intéressant...........

 

Pour les amoureux de géographie elle est originaire d'Europe et d'Asie Mineure.

 

 

 


 


 

Voir les commentaires

Achillée millefeuille: Utile, bonne et mysterieuse.

Publié le par Asterman

Achillée millefeuille, Herbe à éternuer, Herbe à la coupure, Herbe aux charpentiers, Herbe aux cochers, Herbe aux militaires, , Herbe de millefeuille, Herbe de saint Jean, Herbe de saint Joseph, Saigne-nez, Sourcils-de-Vénus


 

n
Histoires, coutumes et croyances:

La réputation de la plante comme médicinale remonte à la préhistoire, comme le montre les recherches archéologiques faites à Shanidar en Irak. Les hommes de Neandertal semblaient avoir une pharmacie rudimentaire basée sur les plantes, et l'une des huit plantes identifiées au moyen des grains de pollen trouvés sur ce gisement était l'achillée.
nLe grec Dioscoride (Ier siècle) fut le premier a mentionner le millefeuille comme une plante incomparable pour traiter les plaies saignantes ainsi que les ulcères anciens ou récents.
nAu IVe siècle, le médecin bordelais Marcellus Empiricus devait reprendre cette thèse pour recommander le millefeuille contre les saignements.
nLa plante tire son nom d’une légende voulant que, vers 1200 avant notre ère, Achille, sur les conseils des Centaures, l'ait utilisée pour soigner les guerriers blessés. Jusqu'au XIXe siècle, les soldats l'ont employée pour arrêter le sang des blessures, prévenir l’infection des plaies et en accélérer la cicatrisation, d'où son nom d'« herbe militaire ». L’achillée a été employée en Asie, en Europe et en Amérique du Nord.
Dans l’est du Canada,
les Micmacs, les Malécites, les Abénakis et les Algonquins l'utilisent encore pour soigner la fièvre et le rhume, entre autres maux.

 
Durant la Première Guerre mondiale, un infirmier, faute de médicament, a soigné des blessures légères avec cette plante.
Traditionnellement, depuis plus de deux millénaires, des millions de Chinois utilisent, pour interroger l'oracle, 50 tiges d'achillée millefeuille, par un savant et répétitif système de calcul avec les tiges. Le procédé, censé favoriser le vide intérieur, la concentration sur la question posée et une certaine « adéquation à l'instant », est également en faveur auprès de milliers d'Occidentaux s'intéressant à la pensée chinoise

En cuisine:

Les fleurs, comme celles de pissenlit peuvent servir à parfumer les omelettes. Elles se mangent également en salade. 
nSon amertume caractéristique en a fait un ingrédient de choix pour la composition d’un grand nombre de préparations toniques : vins et alcools aromatisés, tisanes, salades agrémentées des fleurs de la plante, et diverses autres préparations dont certaines subsistent encore en Europe.


Au jardin:

Au jardin, l’achillée est considérée comme une plante compagne, car elle a le pouvoir

d’éloigner certains insectes nuisibles et d’augmenter la résistance aux maladies. De

plus, elle ferait augmenter la teneur en huile essentielle des plantes qui poussent à

proximité. Et, pour couronner les multiples utilisations possibles de la plante, l’ajout de

l’achillée au compost sous forme de préparat biodynamique stimule la décomposition

du tas.



Macération d'Achillée (achillea millefolium).

Laissez macérer 10g de fleurs sches (ou 100grammes de fleurs fraîches) dans un litre d'eau de pluie de préférence pendant 24 heures.
Filtrer puis mélanger à 4 litres de décoction de tanaisie ou prêle, ou autres fongicides naturel.
Cette macération renforce la résistance des plantes et améliore l'efficacité des fongicides.

De la famille des Astéracées, la plante vivace Achillée,   provient des régions tempérées de l'hémisphère nord. les cultivars récents, issus pour la plupart d'hybridation du genre millefolium, ont des coloris chatoyants et chaleureux. Cette plante vivace est d'une bonne tenue en massif et de culture facile en tout type de terrain, de la bonne terre de jardin au sol sec et pauvre. Ce sont de bonnes plantes vivaces pour les massifs d'été.


Voir les commentaires

La tanaisie: Belle insectifuge.........

Publié le par Asterman

La tanaisie  ou Herbe aux vers, Chartreuse ou Barbotine (Tanacetum vulgare) est une plante à fleurs jaunes de la famille des composées.

En plus d'être très décorative au jardin, elle contient des substances amères et des huiles essentielles qui éloignent bon nombre d'insectes nuisibles tels que les vers gris, les fourmis, le doryphore de la pomme de terre,  et bien d'autres parasites.


Il est préférable de cultiver la tanaisie en pot, car sa présence directement au sol peut nuire à la croissance des plants voisins.



On suggère donc de disposer, ici et là dans le jardin, des pots contenant de la tanaisie. On peut, par exemple, placer des pots entre les rangs de framboisiers ou parmi les plants de rosiers.


Personnellement je laisse par ci par là quelques semis spontanés directement en pleine terre.



Voici la recette de la décoction de tanaisie:  

500g de plante fraîche (tiges, feuilles et fleurs) pour 12 litres d'eau.
Laisser macérer pendant une nuit puis faire bouillir 10 minutes.
Laisser refroidir en couvrant le récipient. Après filtrage, pulvériser sur le feuillage des plantes tous les 3 ou 4 jours jusqu'à la disparition des parasites, en l'occurrence les pucerons, les mouches des légumes, les aleurodes, la piéride du chou, les noctuelles,...


Dans le langage des fleurs, la tanaisie (cadeau bien nauséabond) met en garde contre les apparence trompeuses.

Ortie, prêle, consoude maintenant tanaisie et bientôt d'autres. Les plantes sauvages n'ont pas fini de nous étonner................


Voir les commentaires

Plante miracle: La consoude

Publié le par Asterman

De la famille des borraginacées (dont la bourrache et le myosotis), la consoude est une plante herbacée vivace. Elle a pour nom latin ‘symphytum officinalis’. Elle est aussi connue sous plusieurs noms, dont langue des vaches, oreilles d’ânes, herbe à la coupure, herbe aux charpentiers etc.

 Le nom consoude provient du grec et signifie ‘qui favorise la soudure’. Les gens anciens en utilisaient pour fermer et cicatriser les plaies. La plante varie en longueur entre 30 et 80 centimètres, avec des feuilles velues et épaisses, rudes au toucher et élancées, soutenues par un pétiole solide.

La plante comprend principalement une touffe de feuilles, dont émergent des tiges florifères garnies de petites clochettes dont la couleur varie selon les variétés.
Les tiges ont souvent des ailes, que ne sont autre que les ailes des pétioles qui se prolongent le long de la tige. Cinq pétales soudés ensemble forment la corolle.
Les racines de la consoude sont charnues et brunes à noires à l’extérieur, suivant l’âge, et blanches à l’intérieur.
Ces racines peuvent pénétrer profondément dans le sol, celles de certaines variétés pouvant aller jusqu’à 180 centimètres de profondeur. La consoude est présente principalement dans les milieux humides et ombrageux, et elle est originaire d’Europe et de l’Asie de l’Ouest.

 
nLa consoude est utilisée depuis plus de 2 000 ans en médecine traditionnelle. Par exemple, Dioscoride, un médecin grec du premier siècle de notre ère, la conseillait pour traiter les hémorroïdes ainsi que les inflammations pulmonaires ou digestives.
n

Déposée de nuit sur le rebord de la fenêtre d'une jeune fille, une feuille de consoude indiquait symboliquement que
l'homme qu'elle épousera n'aura pas une vie de tout repos.


Glissée dans les bagages, la grande consoude empêche ceux-ci d'être volés, c'est du moins ce que l'on assurait autrefois sur le Transsibérien.

 
          

 
LE PURIN DE CONSOUDE

C’est l’engrais vert le plus précieux au potager. Riche en éléments
     (en particulier azote et potasse).
On l’utilise pour constituer un purin aussi riche que le nitrate
     Il faut environ 1 kilo de feuilles que l’on fait macérer une semaine dans 10 litres d’eau de pluie.
On filtre et on pulvérise le feuillage (dilué à 1/20) soit 5 dl
Ou on arrose le pied des plantes (dilué à ¼) soit 2,5 litres
La consoude mis en tas produit en quelques jours un compost
aussi riche que le fumier ou ajouté au compost déjà existant.

Usages : Favorise la croissance et la floraison des plantes.

Encore une plante sauvage à laisser au jardin au même titre que l'ortie et la prêle.
Laissons leurs un peu de place dans un petit coin du jardin à l'abri des regards indiscrets, Tôt ou tard elle sera utilisée, soit comme nourriture pour la faune soit pour usage fertilisant, repulsif etc......

Voir les commentaires

Equisetum arvensis ou prêle des champs

Publié le par Asterman

Bien connue des uns et méprisés par d'autres, la Prêle est une plante à tout faire qui possède des qualités hors d commun. Il existe une quinzaine d'espèces de Prêles, mais celle qui nous intéresse c'est la Prêle des champs que l'on  rencontre fréquemment dans les terrains secs, aux abords des chemins et des routes par exemple. On lui donne souvent le nom de queue de cheval, queue de rat, queue de renard etc. Son nom scientifique: Equisetum arvensis.
Le nom de l’espèce, Equisetum, vient du latin equus, pour "cheval", et seta, qui signifie "soie", "crinière", donc queue de cheval. Arvensis, le nom de la variété, signifie "champ" et indique l’habitat de la plante.

La plante
est composée d'un rhizome traçant sur lequel se développent des tiges dressées, il y a des tiges reproductrices et des tiges stériles. Les vertus de la Prêle sont connues depuis longtemps aussi bien dans la pharmacopée traditionnelle à l'usage de l'homme et des animaux que pour le soin des plantes. Riche en sels minéraux, on y trouve, de la silice, du potassium, du manganèse, du fer, du soufre, du calcium.

La récolte des tiges stériles se fait du mois de juin jusqu'au mois d'août..Cette récolte pourra être utilisée fraîche par enfouissage direct dans le sol ou après les avoir hachées ou séchées.

On peut également préparer une macération ou encore une décoction de Prêle pour arrosage pulvérisations.

Pour la macération, il faut environ 100 g de plantes fraîches pour 1 l d'eau bouillante que l'on laisse macérer pendant 24 ou 48 heures. On l'utilisera ensuite en arrosage dilué à 80%

Pour la décoction, il faut utiliser 150 g de plantes fraîches ou 15 g de plantes séchées pour un litre d'eau que l'on fera ensuite bouillir pendant 30 minutes. Il faudra ensuite laisser reposer pendant environ 12 heures.

Après filtrage, l'une ou l'autre des solutions peut-être utilisée en arrosage pour re-minéraliser le sol ou en pulvérisation contre les insectes et les maladies.

L'efficacité est reconnue, pour les pucerons et les acariens et les maladies comme la rouille, le mildiou, l'oïdium, la tavelure.

 L'action est avant tout préventive, Les plantes ainsi traitées, deviennent plus résistantes.

Bibliographie intéressante sur la prêle                                            
Equisetum telmateaia                             

Voir les commentaires

Traitement naturel: Le purin d'ortie

Publié le par Asterman

Étant adepte du naturel à 200%, je vais essayer de passer en revue toute les alternatives qui s'offre à nous afin de lutter naturellement contre les maladies, énumérer les plantes sauvages indésirable mais nécessaire pour la préparation de véritable potions magiques indispensable au jardin,  répertorier les plantes insectifuges, vous parlez du compagnonnage dans le potager comme au jardin ornementale etc.....................



Voici un lien vers la description de l'ortie dioique, celui que nous utiliserons pour nos préparations.


Pour la fabrication du purin d'ortie il faut faire macérer dans 10 litres d'eau (eau de pluie préférable) 1 kg de feuilles d'orties hachées (choisir des pousses jeunes et non montées à graines).
Suivant l'utilisation entre 3 et 6 jours pour une pulvérisation foliaire et jusqu'à 15 jours pour un usage en fertilisation ou contre les maladies cryptogamiques aux pieds des plantes, filtrer la macération.

L'odeur, pas vraiment agréable, durant la macération est tout à fait normale.
Vous pouvez conserver votre purin dans un récipient hermétique, à l'abri de la lumière et à 18-20°, durant quelques semaines.

Attention, comme tous les produits de traitement, fût-il naturel, un surdosage de purin d'ortie peut s'avérer nocif.


Ne jamais mettre la formule ayant macérée 15 jours sur les feuilles de vos plantes celles ci brûleront à coup sûr.
  • diluer avec de l'eau de pluie 2 litres de purin pour 10 litres d'eau (en pulvérisation sur le sol contre les maladies cryptogamiques-champignons, algues, lichens- comme le mildiou). Avec ce dosage, vous pouvez également utiliser la préparation en activateur de croissance grâce à la richesse en sels minéraux, dans ce cas utiliser la macération de 15 jours.
  • diluer 1 litre de purin pour 10 litres d'eau, (en insecticide -principalement les pucerons- pulvérisation fine sur les feuilles);
  • sans dilution, le purin d'ortie fourni un bon activateur de compost.


    Bibliographie:
  • "Les secrets de l'ortie"par Bernard Bertrand.
  • "Saveurs d'ortie" par Bernard Bertrand.
  • Voici un petit lienqui nous démontre les biens faits de l'ortie à travers les âges.

 

Voir les commentaires