Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Coreopsis 'Full Moon'

Publié le par Asterman






























Le Coreopsis ‘Full Moon’ le premier coloris d’une belle série qui va bientôt
voir le jour en Europe.
Sa fleur rappelle un verticillata ‘Moobeam’ mais avec une  taille de
3,5 cm et une hauteur de 70 cm  et en plus  une plante très vigoureuse.

Pour l'instant deux fleurs, mais plein de boutons prêt à exploser de couleur dans peu de temps............

L'une des nombreuses plantes merveilleuses de Thierry et Sandrine Delabroye http://www.mytho-fleurs.com/pepinieres_Delabroye.htm


Voir les commentaires

Pieride du chou (Pieris brassicae)

Publié le par Asterman































Plus connu comme le "papillon blanc du chou", Pieris brassicae relève de la famille des Pieridae, laquelle est représentée en France par une quinzaine d'espèces. Ce papillon est relativement grand (jusqu'à 65 mm d'envergure), et il est très largement répandu, d'autant qu'il est susceptible de migrer. Il peut se rencontrer quasiment partout, y compris en milieu urbain, et d'autre part il est connu pour atteindre une altitude de1800 m, voire même 2000.
 
Par-delà l'hexagone il occupe une grande partie de l'Afrique du Nord, et de l'Europe occidentale jusqu' au 62e degré de latitude nord. Bien entendu il se raréfie progressivement vers les régions les plus septentrionales de son aire de répartition. C'est par ailleurs un butineur, et comme la plupart des papillons dits "de jour" (= rhopalocères), son activité est à la fois tributaire de la température et de l'ensoleillement.

Sous nos climats l'espèce a le plus souvent 2 générations (= bivoltine), mais une 3e peut s'observer dans le midi de la France. La génération dite vernale apparaît en avril-mai, l'estivale en juillet-août, et la dernière à l'automne. Les chenilles sont censées se développer sur les Crucifères "sauvages" comme la moutarde des champs (Sinapis arvensis), ou encore les ravenelles ( Raphanus raphinistrum), mais le chou est devenu la principale plante nourricière de l'espèce, avec une relative préférence pour le chou pomme, le fleur, le rave, et le frisé. A noter que cette Piéride peut à l'occasion se développer sur les capucines (Tropaeolum).
 
Bien entendu les grandes cultures maraîchères ont très largement contribué à l'extension de l'espèce, et en dépit des insecticides, et autres biocides, on peut dire qu'elle se porte plutôt bien. Les pullulations estivales ne sont pas rares, du moins ponctuellement, et les nuisances induites peuvent s'avérer importantes. Fort heureusement, et nous le verrons ultérieurement, les Apanteles ne sont jamais bien loin, et ces minuscules parasites valent tous les insecticides....pollution en moins!

Contrairement à la chenille de la noctuelle du chou (Mamestra brassicae), qui elle s'attaque au coeur même de la plante, notre Piéride se contente en quelque sorte des alentours, autrement dit des feuilles périphériques, et donc des parties généralement non commercialisées. En fait les nuisances proviennent surtout de l'accumulation des excréments dans les plis et replis de la plante, et de leur dilution par la pluie ou la rosée, ce qui génère des souillures pouvant rendre le légume impropre à la consommation.

Source: http://www.insectes-net.fr/pieride/pieride2.htm

Voir les commentaires

Citron (Gonepteryx rhamni)

Publié le par Asterman






























Le Gonepteryx rhamni est un des papillons les plus communs et les plus faciles à observer. On le reconnaît grâce à sa face supérieure jaune citron chez le mâle, ou vert pâle pour la femelle et au point orange qui orne chaque aile, quelque soit le sexe.
Posé sur une fleur, il a toujours les ailes refermées ce qui lui permet de se confondre avec la végétation et de passé inaperçu de ses prédateurs (oiseaux, araignées...). Cette posture est d'autant plus efficace que la couleur de ses ailes et les nervures augmentent encore sa ressemblance avec une feuille.
Avec une espérance de vie supérieure à un an, le Gonepteryx rhamni fait partie des papillons européens ayant la plus longue existence.
Réfugié au sein de plantes à feuillage persistant (généralement du lierre), les ailes repliées, le Gonepteryx rhamni est un des rares papillons hivernant à l'état adulte et le seul, dans nos contrées, à le faire en plein air (les autres lépidoptères, hivernant adulte, cherchent un abri sous un toit, dans un trou d'arbre ou une grotte). Cette caractéristique explique probablement son hivernation "légère", puisqu'il peut se réveiller n'importe quand en hiver si la température est clémente (principalement les mâles). Ainsi, il n'est pas rare de le voir faire son retour très tôt au printemps, parfois même avant qu'aucune fleur ne soit ouverte.

Dès qu'il commence à faire très chaud, les papillons citrons observent une période d'estivation, avant de reprendre leur activité, généralement fin août.

Le soleil se faisant moins généreux, les imagos de l'année se préparent à hiverner, tandis que ceux qui ont déjà affronté un hiver sont au crépuscule de leur vie.
Pour se protéger du froid et des intempéries, le papillon citron se réfugie sur une plante qui ne perd pas ses feuilles pendant la période hivernale, le plus souvent du lierre proche du sol. Les ailes fermées, bien camouflé, se faisant passer pour une feuille et sans aucune autre protection, il va tomber dans une sorte de coma en ralentissant son métabolisme, afin de ne pas épuiser prématurément ses réserves, pour passer l'hiver.

Pendant la période hivernale il ne peut s'alimenter, alors il va survivre grâce à ses réserves accumulées pendant l'été. Il résistera au froid, même par de très basses températures qui lui sont moins fatales que l'humidité.
Sa résistance au froid est due à un "sérum antigel", une sorte de liquide qu'il produit lui-même et qui contient de l'alcool, de l'albumine et des sels minéraux.

Source: http://univers-nature.com/dossiers/papillon-citron.html

Voir les commentaires

Aster hybride double

Publié le par Asterman






























L'automne arrive avant l'heure avec ce croisement, ressemblant à l'aster novi belgii  'Marie Ballard' situé prés de celui-ci et d'un amellus ou frikartii qui fleurit en ce moment!
Fleur trés originale qui ne s'ouvre pas plus que le montre la photo..........
Merci aux insectes pour ce beau croisement.

A suivre..............

Voir les commentaires

Lysimachia clethroides et lysimachia fortunei

Publié le par Asterman





























Lysimachia clethroides:

Originaire d'Extrême-Orient, c'est une espèce relativement commune dans nos jardin mais quel spectacle en ce moment!!!
La végétation est proche de celle de L. barystachys, mais en plus compacte.
Les fleurs blanc pur sont également disposées en grappes effilées, mais elles sont curieusement coudées, souvent toutes dans le même sens.

Cette vivaces très originale accepte l'ombre comme le soleil, ainsi que tous les sols, mais sera plus belle dans un riche et humide.
La plante culmine à 100cm.

Lu prévoir un peu de place pour avoir le plus bel effet...........






Lysimachia fortunei:



Natif de l'Himalaya. Superbe espèce à souche faiblement drageonnante d'où émergent des tiges souples et ramifiées portant un beau feuillage glabre, coriace et brillant d'un beau vert vif devenant vert foncé et prenant des tons splendides, rouges orangé en automne.

Les petites fleurs blanches nombreuses sont disposées en grappes fines et ramifiées.
Espéce encore rare dans nos jardins et pourtant de culture très facile dans tout sol riche frais et humide, argileux mais non calcaire.
A exposer au soleil ou à la mi-ombre, hauteur 80/100cm et floraison juillet, août.
La fleur rappelle beaucoup celle de l'espèce citée au dessus et le feuillage est encore un peu basique en ce moment, je rajouterais une photo de ses colorations de feuillage dés que possible.

Il existe beaucoup d'autres espèces tout aussi intéressantes à fleurs jaunes, à feuillage panaché..........

En somme que du bon.....................


Voir les commentaires

Aster tradescantii

Publié le par Asterman





























Espèce cultivée dès les temps prélinnéens (voir lien pour explication) http://www.florelaurentienne.com/flore/AbregeHistorique/Pre_Linne_001.htmdans les jardins d'Europe, et dédiée par Linné à John Tradescant, voyageur-botaniste.
Brouillard de petites étoiles blanches, en octobre et novembre
Hauteur 75cm, distance de plantation 50cm (n’aime pas la concurrence des racines).
Culture : terre ordinaire, à exposer au soleil. Ultra rustique.
En fleur en ce moment!!!!!!!!!

A suivre...........

Voir les commentaires

Gamma, Robert le Diable (Polygonia c-album)

Publié le par Asterman































C'est l'un des papillons d'Europe les plus caractéristiques. La couleur et la forme des ailes au bord découpé permettent de le reconnaître, même en silhouette. Le verso foncé orné d'un dessin blanc en forme de gamma contraste avec le recto orange.

On l'observe de Mars à Septembre en deux générations (la deuxième hivernant).
Plante – hôte : Préférentiellement sur le Saule marsault et l'Ortie dioïque, mais aussi sur le Coudrier noisetier, l'Orme de montagne, le Houblon grimpant et le Groseillier épineux.
Ses chenilles sont  fauves orangée vif avec des dessins noirs et la moitié postérieure de la face dorsale blanc de neige.
Habitat : Forêts claires, orées forestières, vergers.
Il se rencontre  presque partout.

Biologie : Les œufs sont déposés isolément sur les feuilles de la plante hôte. La chenille très bariolée se dissimule durant la journée à la face inférieure des feuilles. La chrysalide présente une morphologie très particulière : fortement étranglée dans sa partie médiane, elle est pourvue d'une gibbosité dorsale et de six taches médianes à vif éclat métallique. Les adultes naissant au début de l'été présente d'ordinaire un revers clair, leurs descendants (seconde génération) présentent un revers sombre ; ils hivernent et se reproduisent au printemps suivant. (Guide nature Nathan. Quel est donc ce papillon ? Heiko Bellmann)

Photographié sur un buddleia x weyeriana 'Sungold'.

Voir les commentaires

Paon du jour (Inachis io)

Publié le par Asterman































C'est l'un des papillons les plus communs, il est partout, dans les champs, en ville, dans les parcs et jardins, dans les rives des cours d'eau, partout. C'est aussi un des premiers à se montrer à la fin de l'hiver. Car il hiberne (Attention, il le fait à l'état adulte, la plupart des papillons hibernent en tant que chenille) à l'automne lorsque l'air devient plus frais, il cherche abri dans des fermes, des arbres creux.

Il a un vol rapide, parfois plané, il aime bien rester au soleil ses ailes écartées, car les dessins en forme des yeux  effrayent les oiseaux.

Le Paon-du-jour a pu s'adapter plus au moins à la pollution, à la destruction de son environnement. Pourquoi ? On croit que cela est dû à la prolifération des orties, la plante préférée de sa chenille.

Voir les commentaires

Fadet commun (Coenonympha pamphilus)

Publié le par Asterman






























Le Procris, ou Fadet commun, Coenonympha pamphilus (Linnaeus, 1758) est un petit papillon très commun dans les friches à graminées et les prés. Il se pose toujours ailes jointes et se reconnaît à la coloration grise marbrée de l'aile postérieure et à la face inférieure orangée de l'aile antérieure. Celle-ci comporte un ocelle ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Ocelle_(%C5%93il) sombre unique à centre blanc. Il  est assez peu farouche et son vol est hésitant. Il se déplace sur de courtes distances de façon irrégulière à la manière des feux follets, ce qui lui a valu son nom de "fadet".

L'espèce appartient à la famille des Nymphalidae et à la sous-famille des Satyrinae. Le Procris vole de mai à septembre et l'espèce produit deux ou trois générations par an. Les oeufs sont déposés isolément sur les feuilles desséchées des graminées comme le Paturin des prés ou la Fétuque des brebis. Les chenilles se développent rapidement ou entrent directement en diapause( http://fr.wikipedia.org/wiki/Diapause )en prévision de l'hiver pour ne reprendre leur développement qu'au printemps suivant. Les imagos http://fr.wikipedia.org/wiki/Imago butinent les fleurs

Voir les commentaires

Amaryllis (Pyronia tithonus)

Publié le par Asterman






























Famille des Nymphalidae

Ce papillon a une petite  préférence pour les ronces, mais se pose un peu partout .

Ils  se trouvent le plus souvent dans les bois, sur les haies, au bord des chemins ou dans les clairières. Ils sont communs dans toute la France. 

La chenille est brun clair avec une rayure dorsale foncée et des rayures plus claires sur les flancs. Elle se nourrit de graminées diverses.
La femelle à des couleurs plus claires

Voir les commentaires

1 2 > >>