Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Araschnia levana

Publié le par Asterman

























 
La carte géographique (Araschnia levana) "d'après le texte d'A. Lequet"

Comparé en son temps à une toile d'araignée, le curieux graphisme du revers des ailes ce papillon,  lui a valu l'appellation latine d' "Araschnia". C'était oublier un peu vite les partisans d'une ressemblance avec un figuré géographique, d'où l'étonnant nom vernaculaire de "Carte géographique".
 
Ce "papillon de jour" est la plus petite des Vanesses européennes, et son envergure n'excède pas 30 à 40 mm, là ou d'autres, tel le " Morio" (Nymphalis antiopa) avoisinent le double. L'espèce est généralement localisée, mais souvent commune là où elle vit. Depuis quelques décennies ce papillon est en très nette extension, en Europe comme en France, et le fait est suffisamment rare pour être souligné. La progression se fait tout au long des cours d'eau, y compris de simples ruisseaux, la bestiole y trouvant les prairies plus ou moins mouillées qu'elle affectionne ...et les orties pour le "pain quotidien" de ses chenilles.
 
La grande originalité de l'espèce est d'avoir 2 générations complètement différentes , cas extrême du phénomène appelé "dimorphisme saisonnier". Issue de chrysalides hivernantes, la génération vernale (= d'hiver) apparaît en Mai-Juin, et elle est de couleur fauve. Ces formes claires vont bien sûr se reproduire, et donner la seconde génération qui elle sera quasi noire (forme "prorsa"), et volera de la mi-juillet à fin août.
 
La descendance de cette seconde génération est normalement destinée à hiverner, mais une partie des chrysalides peut éclore prématurément quand les conditions climatiques le permettent. Il s'ensuit une pseudo troisième génération, dite "porrima", dont les individus ( forme et couleur ) sont intermédiaires entre les 2 précédentes générations !
 
La ponte s'effectue classiquement sur la plante nourricière, et en l'occurrence sur les orties. Vous noterez que cette "mauvaise herbe" donne vie à de nombreux insectes, et notamment aux plus beaux et plus familiers papillons de nos jardins, tels le "Paon du jour", ou encore le "Vulcain" . Comme souvent la ponte se fait au revers des feuilles, ce qui protège les oeufs des intempérie et des prédateurs ...
 
La ponte proprement dite est particulièrement originale là encore, car elle se présente sous la forme de minuscules colonnettes constituées d'oeufs assemblés bout à bout. Les colonnes en question peuvent compter jusqu'à 12 ou15 oeufs, et elles sont appendues sous le feuillage, soit isolément, soit par lots de quelques unités, comme ci-dessous. La durée de l'incubation est de l'ordre de 8 à 10 jours.

 
Les chenilles de la "carte géographique" sont grégaires, avec dispersion générale après la dernière mue larvaire. Le plus souvent elles sont noires, et ressemblent beaucoup aux chenilles du "Paon du jour", mis à part l'absence des points blancs, et la présence de 2 "cornes" céphaliques épineuses, pleinement développées au dernier stade . Compte tenu de la petitesse du papillon ces chenilles excèdent à peine la vingtaine de mm.

   
Certaines chenilles d'araschnia tirent plutôt sur le brun , en raison de l'éclaircissement des épines tégumentaires, au demeurant nombreuses et aussi "barbelées" qu' acérées. Pour autant la manipulation de ces bestioles ne pose pas de problèmes particuliers, même si leur revêtement épineux apparaît de prime abord fort peu rassurant.

   
Quelque soit leur âge, et par-delà leur armure épineuse, ces chenilles usent d'un système de défense extrêmement simple. Il consiste en effet à se laisser tomber corps lové, et à disparaître dans la végétation sous-jacente, le cas échéant à la faveur d'une sorte de roulé-boulé très efficace. Leur capacité de discernement est par ailleurs assez surprenante, en ce sens que tout le monde décroche en choeur dès qu'on touche l'ortie abritant la colonie, et que rien ne se passe quand les feuilles s'agitent sous l'effet du vent. Une fois l' alerte passée, toutes remontent, se retrouvent, se regroupent là où elles étaient, et ce en dépit de l'inévitable éparpillement des points de chutes.

(Source: http://insectes-net.fr/index.htm)

Commenter cet article

Nicolas 19/07/2008 11:14

je n'ai jamais vu ce papillon ! sublime papillon et photo aussi !

Vérone 15/07/2008 13:42

Très interessant !!!
Bis
Vérone en vacances ...
Oufff

Asterman 15/07/2008 21:45


Bonne vacances alors, profite en bien!!!

a+